Nous nous sommes tous déjà demandé au moins une fois quel était le sens de notre vie, quelles études ou quels métiers nous rendraient heureux. Pour les plus chanceux d’entre nous, les réponses à ses questions surviennent lorsqu’ils sont très jeunes. Pour d’autres, cette quête du bonheur prends plus de temps. 

Sur l’île d‘Okinawa au Japon, on compte un bon nombre de centenaires, cinq fois plus qu’aux Etats-Unis. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est surnommée “l’île des centenaires”. Cette longévité de vie incroyable proviendrait d’une philosophie japonaise : l’Ikigai.

L’ Ikigai, qu’est-ce que c’est ?

Il n’y a pas de définition exacte à ce terme. Littéralement, “iki” signifie “vivre” et “gai” se définit comme “raison d’être”.

L’Ikigai, c’est une philosophie de vie, voire une méthode, qui permet de donner un sens à sa vie, une bonne raison de se lever tous les matins et qui est considérée comme un facteur de bonne santé. On peut ainsi considérer l’Ikigai comme une source de motivation qui va enclencher chez nous un désir profond d’obtenir un équilibre de vie nous rendant heureux.

Trouver son Ikigai, c’est trouver un équilibre entre passion, mission, profession et vocation. 

On peut le représenter sous la forme du schéma suivant :

Crédit photo : www.ajinomoto.fr

Seulement, trouver son Ikigai ne vient pas en un claquement de doigt. Cela demande une réelle réflexion en amont. Alors on vous conseille de sortir un petit carnet et votre stylo préféré afin de répondre aux 4 questions suivantes :

Passion : Qu’est-ce que j’aime dans la vie ?

Ici, on ne vous parle pas des sorties en boîte de nuit ou d’une série télé que vous adorez. Non ! Ici, vous listerez plutôt les activités, les passions, les sports, etc.,  que vous aimez. Tout ce qui fait vibrer votre cœur. Tout ce qui vous rend réellement heureux. Moi par exemple, ce serait voyager. J’adore ressentir cette excitation quand je prépare mes valises ou la veille de mon départ. 

Vocation : Quels sont mes talents ?

Répertoriez vos compétences, vos talents, vos capacités, vos dons. Rappelez-vous, quels sont les derniers compliments qu’on a fait à votre sujet ?

Il s’agit d’une étape du Ikigai que j’apprécie particulièrement. C’est une sorte de rappel pour nous montrer qu’on a tous une ou plusieurs forces et qu’il ne faut pas penser qu’on est “bon à rien”. Chacun possède des aptitudes qui peut le démarquer des autres. 

Profession : Qu’est-ce qui pourrait m’apporter de l’argent ?

Vous noterez ici toutes les choses que vous savez bien faire et qui pourraient vous rapporter une rémunération en contre-partie. Par exemple, vous avez une appétence pour les réseaux sociaux et connaissez tous ces mécanismes, vous avez un orthographe irréprochable…. le Community Management, ça vous tente ?

Attention à ne pas mélanger vocation et profession. Même si vous pouvez effectivement rejoindre les deux,  parfois, ça ne colle pas ensemble. Vous pouvez être une super en dessin mais avoir du mal à toucher un revenu suffisant tous les mois (même si cela peut être réalisable sur le long terme).

Mission : De quoi le monde a-t-il besoin ?

Tu pourras énumérer ici toutes les causes qui te tiennent à coeur. La protection des animaux, la lutte contre la pollution, le féminisme, la pauvreté dans le monde… Réfléchit ensuite sur comment tu pourrais aider.

L’ Ikigai peut vous permettre de trouver un réel équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. C’est un exercice intéressant à réaliser car grâce à lui,  vous pouvez vous rendre compte de ce que vous valez réellement, de mieux cibler les valeurs qui vous touche.

Pour plus d’informations…

Si l’Ikigai vous intéresse, on vous recommande de lire ce livre écrit par Bettina Lemke.